Critique – Hunter x Hunter Box 3 (2011), 29 juillet 2013

Découvrez la chronique Takato en début de semaine sur le 3ème coffret de la série DVD Chasseur X Chasseur (2011)licencié en France à partir de Accueil vidéo Kana.

L’examen de Hunter s’est terminé tragiquement. Après le meurtre de Bodoro, Killou a été disqualifié et est retourné dans la maison familiale des soldats, au cœur des montagnes de Kururu. Une fois son permis de chasse en poche, Gon part à la recherche de son ami.

La nouvelle adaptation animée poursuit son parcours amusant lorsque cette troisième série d’épisodes adapte les tomes 5 à 7 du manga du même nom. Ainsi, ces épisodes adaptent les deux arcs les plus courts de la saga Togashi, à savoir l’Arc de Zoldik et l’arc de la Tour du Ciel. Après le début, qui a permis à Gonn d’obtenir la licence Hunter, tout se met en place pour passer au deuxième volet de la série, celui qui est plus axé sur l’aventure et les combats.

D’abord, une place dans l’arc de Zoldic, très courte, durant laquelle Gon part à la recherche de son ami. Il est temps d’en savoir plus sur le clan Killua et ses relations avec les membres de sa famille. Bien que courte, cette partie de l’histoire condense de nombreux éléments : la quête initiale, la phase d’apprentissage, les rencontres amicales et les jeux psychologiques. Cet arc sert principalement à combler le fossé entre l’examen et la partie suivante, et représente également la famille du jeune tueur et rappelle à plusieurs reprises son passé. L’adaptation du manga reste vraie, mais elle comporte quelques ajouts qui renforcent le côté monstrueux des Soldiers et creusent le contraste entre Killua et sa famille, notamment le passage autour de Canary, le serviteur chargé de garder l’entrée. Cette arche a sa propre légitimité dans l’intrigue, mais ce n’est clairement pas la plus excitante de la boîte.

Car après l’Arche de Zoldick, ainsi qu’un court épisode dont l’utilité est plus que douteuse, nous entrons dans le troisième cycle de la série, le cycle de la Tour du Ciel, qui s’achèvera quasiment à la fin de ce bloc , dans l’épisode de plus près. exactement. Cette fois Gon et Killua se rendent dans la tour géante, véritable lieu de pèlerinage pour tous les combattants du monde, où les affrontements permettent de monter à l’étage, les adversaires plus forts étant plus haut dans la tour. C’est plus qu’un simple tournoi aux règles compliquées, c’est l’occasion de présenter le concept d’énergie créé par Yoshihiro Togashi. Saint Sei a Cosmos, Naruto a chakra et Hunter X Hunter a initié Nen. Pouvoir d’aura simple ? Quoi pas! Le concept est en fait très complexe et se développera dans le futur. Pour l’instant, ce ne sont que les bases qui ont été posées, et nos héros apprennent tout juste à s’en servir, sachant que la série lui reviendra dans quelques feuilles. Dans cette partie de l’histoire, tout l’intérêt est de former Gon et Killoo, en revenant à l’événement clé de la période d’examens : le badge qu’Hisoka a donné à Gon et la vengeance qu’il doit accepter. Mais à chaque arc il y a un lot d’alliés et de pourris, de nouveaux personnages, relativement intéressants, même si ce n’est pas le plus marquant de la série. Hisoka participe également au jeu, bien qu’effacé, et sa participation à cette arche est directement liée à la suite de l’histoire.
Cette arche peut ne pas être intéressante pour ceux qui s’attendent à une histoire d’aventure, comme l’examen du chasseur. Pourtant, ce franc tournoi n’est pas sans intérêt, et il est très intéressant de voir comment l’histoire s’approprie différents codes du genre.

Au niveau de l’adaptation, les réalisateurs essaient de concentrer au mieux cet arc, ce qui peut faire peur à quelqu’un. Les explications de Nen sont simplifiées, certains événements sont accélérés pour rendre cette partie plus fluide et plus intéressante. Si dans le manga, dans le sixième tome, l’arche est présentée comme un manuel de Nena, le côté aventureux de l’histoire est ici davantage mis en avant du fait du relief des explications.

Tant que nous le pouvons encore, comparons encore une fois ce montage de “2011” avec l’anime de la fin des années 1990. D’autres défauts ne permettent pas à cet anime moderne d’égaler voire de surpasser son précédent. Beaucoup reprochent à l’anime précédent certains passages “spéciaux”, ce que cette nouvelle adaptation rend également… mais moins réussi. L’existence d’un épisode final sur l’examen de Hunter est également un mystère et ne permet pas à l’argument ci-dessus d’avoir une quelconque légitimité. Enfin, ce Hunter X Hunter “2011” manque encore de l’ambiance qui rendrait la série aussi unique que l’anime précédent. Et pour le prouver : la mise en scène du match entre Gon et Hisoka dans la première adaptation était réussie sur tous les plans ! Ici le jeu manque clairement d’intensité. On ne s’ennuie pas, mais on ne tremble pas devant la télé.
Du point de vue technique, il n’y a pas de modifications particulières. La bande son reste dynamique, bien que très ordinaire, et l’animation garde une qualité constante, ce qui est très bon. Il y a un désir de rendre les batailles dynamiques, ce qui sera nécessaire dans plusieurs arches d’avantages orientés vers l’action. La série accueille également de nouveaux titres. Si le début est vraiment la même chanson, qui occupe le deuxième couplet et avec des images différentes, la fin est très spectaculaire, et le genre métal est parfaitement adapté au futur arc. Cependant, pour ceux qui ne connaissent pas le manga, l’image est le principal spoiler des nouveaux personnages qui feront irruption dans la série dans quelques épisodes…

Kana rend une fois de plus une copie parfaite avec ce troisième coffret, on sera même heureux de fêter le 21/20 avec un éditeur qui ne se moque décidément pas des fans. En plus du doublage, plus réussi que jamais, et d’un packaging attractif quoique atypique, nous avons ici non pas deux, mais trois DVD, soit 15 séries, et le tout pour le même montant ! Pour les fans qui ont déjà goûté à la précédente adaptation animée, elle permet d’aller plus vite dans le visionnage, et ainsi d’arriver rapidement au bout de l’Arc of Heaven. Mais attention qu’une telle richesse de coffrets soit associée à une sortie régulière, nous allons bientôt rattraper la sortie des DVD japonais…

Une fois de plus, les fans de manga Yoshihiro Togashi seront ravis de retrouver Gona dans une adaptation moderne. Et même si l’anime “2011” n’a pas encore su retrouver une véritable ambiance, ce qui le rend moins impressionnant que le premier cadre animé, on ne rate pas son plaisir pendant 15 épisodes. Les aventures sont toujours aussi passionnantes, et la façon dont Togashi s’approprie et retourne certains codes des nequets est toujours aussi impressionnante. Ensuite un bon set, mais le meilleur reste à venir, car l’arche des enchères York Shine a la réputation d’être la meilleure de la série… !

.

Leave a Comment

%d bloggers like this: